lundi 2 août 2010

Persévérance & réussite

- Papa.
- Tatatatatatatatata !
- Non, loulou, regarde mes lèvres : Paaaaa-Paaaaa.
- Tatatata.
- *soupir* PaPa, avec un P.
- Taaaaaaaaaaaa, tikiki, ouh.
- Non, non, c'est facile, écoute : paaa-pppppaaaa.
- Oh ?
- Non pas oh... PAPA.
- OH !
- Oui, c'est le chat qui passe, mais concentre toi : PaaaA-pa.
- TATA-ta !
- Oui c'était le chat, mais il est parti le chat, alors regarde ton père maintenant, allez après moi : PAPA.
- ...
- Allez, vazy, après moi, Paaaa ?
- DOUDOU ! DOUDOU ! DOUDOU !

jeudi 5 août 2010

Avant les vacances, faut faire les sacs...

dimanche 29 août 2010

Lettre à un bébé

Ma petite chérie,
Tu as aujourd'hui deux jours, et ça doit commencer à démanger ta maman, ma Pamela, de rentrer à la maison - surtout si y a pas la clim' à la clinique. J'espère que tu la laisses un peu dormir, vu comment tu l'as emmerdée pendant la grossesse, la pauvre est sur les rotules, hein. T'en as qu'une de mère alors économise là, poulette. Surtout qu'elle a très mal au fondement à cause de toi, donc elle a besoin de repos. Dis lui de faire attention en montant dans la voiture, quand elle quittera la clinique, c'est comme ça que je me suis fait sauter deux points de suture, et que je ne serais plus jamais la même...
De notre côté, nous sommes bien rentrés, après 10h sur la route dans les bouchons et les hurlements de ton futur mari, que ça reloute méchamment de rester attaché dans son siège auto alors que y a tellement de conneries à faire dans une voiture. Et oui, j'avoue, je suis une mauvaise mère, au bout de 40 minutes de hurlements sans discontinuer, que rien de pouvait calmer, ni les grimaces de sa grand-mère, ni les canons avec son grand-père des toutes les chansons possibles et imaginables, je l'ai détaché à 30 minutes de l'arrivée, mais promis, on a pas eu d'accident, et il n'est pas (trop) abimé.
Il a une pêche d'enfer, tout content de retrouver sa maison - disons les 20 premières minutes, après il s'est emmerdé. C'est fou quand je pense que la pédiatre avait dit à 6 mois que c'était un père tranquille, un petit contemplatif, je ne reconnais plus mon fils, cet espèce de petite bestiole hyper active qui a besoin d'une activité différente par minute. Et qui se met à pleurer "NANAAAAAAAAAAAAAAA" si je ne réagis pas assez vite - Nana, ça veut dire soit maman, soit j'ai faim, soit va te faire foutre, j'hésite.
On a perdu 15 degrés en remontant vers l'ouest, et j'ai ressorti pull et chaussettes. Il ne fait pas si froid que ça, mais je ne remet pas du choc thermique, et je me suis relevée dix fois cette nuit pour vérifier le thermomètre de la chambre de ton futur, tellement j'avais peur qu'il soit congelé, lui qui a passé 3 semaines à dormir en sueur et en couches.
Évidemment, j'ai pas du tout envie de retourner au boulot demain, hein, mais ce n'est pas une surprise, demande à ta mère, elle me connait bien.
Allez, ma puce, la bise, je te laisse à ton biberon. Embrasse ta mère de ma part, et pleure pas trop fort, ça va la réveiller.
S.