dimanche 2 août 2009

Appelle moi Moby Dick

Je ne dors plus.
J'ai tout le temps faim.
J'ai mal au dos.
J'ai mal au cul.
J'ai mal aux seins.
J'ai l'estomac qui me remonte dans la bouche.

La sérénité et la plénitude de la grossesse © Laurence Pernoud, mais quelle putain d'arnaque.

mercredi 5 août 2009

Ingrat

Cela fait une bonne semaine que le petit boulet blanc découche, explosant le record de sa précédente fugue qui s'est soldée par un séjour chez le véto, une broche dans la patte, et une facture très salée.
Inquiets, Monsieur Kitten et moi même sommes partis hier soir, une lampe torche et un bol de croquettes à main battre la campagne environnant notre appartement pour tenter de le localiser. La grosse chatoune nous a suivi mollement en faisant mine de grimper aux arbres.
Malgré mon lourd handicap ventresque, notre recherche nous a permis de trouver une douzaine de crapauds, quelques hérissons, et une multitude de chats, très intéressés par les croquettes appât. Nos cris ont aussi alerté les voisins qui nous ont gentiment assisté en nous pointant les chats qui nous suivaient. Vous cherchez un chat ? Bin y en a qui vous suivent là ! On cherche pas UN chat, on cherche NOTRE chat, et non désolés, il est pas dans le tas.
Après avoir fait le tour plusieurs fois et agrandi significativement le territoire habituel du petit taré blanc sans succès, nous sommes rentrés, le cœur gros. Et qui est apparu au détour d'un buisson ? Le petit con, en pleine forme, pas très câlin et l'air vaguement contrarié.
Il n'a accepté de rentrer que par la force, et a boudé ses croquettes, le sagouin. Et aux premières heures ce matin, il s'est posté devant la porte d'entrée, et a réclamé pour sortir, sans un regard derrière lui - j'avais l'impression d'être dans la scène finale du Grand Bleu.
Je vais bientôt être maman et mon abruti de chat ingrat me fait sa crise d'adolescent.

vendredi 7 août 2009

Charybde et Scylla

Si je ne prends pas mes médocs, j'ai des contractions.
Si je prends mes médocs, j'ai des migraines.

samedi 8 août 2009

Constat d'insomnie

Je ne dors plus.
Je me réveille au bout de quelques heures de sommeil à peine, quelque soit mon état de fatigue, l'heure à laquelle je me suis couchée, et sans aucun rapport avec le statut de l'alien - binaire, évidemment : on, je fais des bosses sous le nombril de maman et je tire aux buts dans sa vessie, off, je me cache au fond de l'utérus, la position off étant évidemment LA position choisie préférentiellement pendant les échographies et le monitoring foetal hebdomadaire.
Je me réveille et forcément, je regarde l'heure et forcément, je me crispe, il fait encore nuit, douze heures à occuper allongée dans un canapé, c'est affreusement consommateur en bouquins et en séries télé, mais vingt heures c'est inhumain, je vais dépenser tous les sous mis de côté pour l'alien en bouquins !
Je me réveille et je tente d'ignorer l'insomnie qui pointe son nez. Je ferme les yeux avec intensité et je me persuade que je vais me rendormir. Rendors toi. Rendors toi. RENDORS TOI. Forcément, ça ne fonctionne pas. Mon fourbe cerveau saturé d'hormones de grossesse met la machine en marche et... je... commence... à... RÉFLÉCHIR. Je me tourne et je me retourne dans mon lit, opération qui est bien plus lente et délicate que ces quelques mots le laissent à penser, vu mon handicap de plusieurs kilos au niveau de ma zone ventrale. Je grogne sous l'effort. Je fais vibrer le lit. Je cogne Monsieur Kitten, qui marmonne et soupire - j'ai atteint le niveau Master Jedi de la vie conjugale, j'emmerde mon mari DANS SON SOMMEIL. Des années d'expérience pour en arriver là, réussir à l'exaspérer ALORS QU'IL DORT, et générer cette suite de petits soupirs si caractéristiques, qui se sous-titrent quand il est éveillé par pu-tain-mais-ce-que-tu-es-chi-ante.
Je me réveille et dans un élan philanthropique pour mon conjoint qui n'est même pas enceint par solidarité l'enculé, je migre dans le salon pour ne pas le réveiller. Je m'installe dans mon foutu canapé. Je configure mes oreillers, je paramètre le sac de couchage, je place tout à portée de main et au bout de 2 minutes, ça ne rate jamais, je génère deux chats, qui s'installent entre les bosses et... se rendorment.
Je suis réveillée et je pense à mon lit, et à Monsieur Kitten, qui est quand même drôlement moins poilu, et qui ne ronfle pas, lui, et je me dis, tant pis, je dormirai après la naissance du bébé.
Ha ha ha ha ha ha.

mardi 11 août 2009

Monsieur Kitten n'a pas de tête

(00:32:00) Saki: J'hallucine... TU T'ES BARRE AVEC LE TUBE DE DENTIFRICE !!
(00:32:32) Monsieur Kitten: Oups
(00:32:36) Saki: ...
(00:33:21) Monsieur Kitten: Désolé
(00:33:29) Saki: Tain
(00:33:31) Saki: T'es nul
(00:33:36) Saki: T'aurais pu me prévenir
(00:33:39) Saki: J'en aurai acheté
(00:34:22) Monsieur Kitten: Désolé
(00:37:18) Saki: Tu sais pas le meilleur ?
(00:40:45) Monsieur Kitten: Heu
(00:40:51) Monsieur Kitten: Quoi ?
(00:41:26) Saki: T'as oublié ta brosse à dents :)
(00:42:53) Monsieur Kitten: ...
(00:42:56) Saki: Grosse nouille

vendredi 14 août 2009

L'enfer sur canapé

Je m'ennuie tellement, je crois que je deviens folle. Je parle aux chats - qui dorment et qui s'en foutent royalement. Je parle à mes plantes - en plastique, oui je suis une meurtrière du vert. Je téléphone à mon banquier, rien que pour avoir quelqu'un à qui parler. J'harcèle Monsieur Kitten, débordé de boulot, par messagerie instantanée. Je regarde 3 films par jour, et je ne compte même plus le nombre de bouquins au quotidien. Je prends des bains de deux heures, histoire de laisser le canapé souffler.
On me dit qu'on m'envie, que j'ai bien de la chance de n'avoir rien à faire, que je devrais EN PROFITER, parce qu'une fois l'alien pondu, c'est bien connu, je n'aurai plus une minute à moi, je ne pourrais plus dormir, encore moins lire, ni sortir, ni m'amuser, ni respirer, ni vivre PENDANT DE LONGUES ANNÉES, car comme le dit la chanson, élever un enfant, c'est pire que la prison, je peux encore changer d'avis là, ha non, ok bon tant pis.
Je ne dis rien, je souris fixement, je hoche la tête, pas la peine de ré-expliquer que le temps libre, ça ne s'épargne pas pour les jours de disette, et que j'en ai tellement devant moi, là, du temps, que si je continue à en profiter comme ça, JE VAIS ME METTRE A HURLER ! Hein quoi, une bonne idée pour m'occuper ? Vraiment ? Quoi ? Ah quoi ? App... app... apprendre à tricoter ?!!




AU SECOURS AU SECOURS AU SECOURS

mardi 18 août 2009

Pendant ce temps là...

samedi 22 août 2009

Phobie

La nuit, les araignées sont de sortie...
Heureusement pour moi, la grosse chatoune aussi !

mercredi 26 août 2009

Mini Blitz

[BOUM]
- Putain !
- ....
- T'as entendu ?
- Oui.
- Mais... C'était quoi ?
- Une explosion.
- Putain, comment ça a tremblé.. Ça vient d'où ?
- Quelque part dans la résidence, pas loin...
- Tu fais quoi ?
- Je regarde si je vois pas quelque chose.
- ...
- Rien de ce côté, je vais voir du salon.
- Je viens avec toi.
[...]
- Ha putain...
- Merde, comment ça brûle.
- Salut les voisins !
- Salut !
- Salut !
- Salut !
- Quelqu'un a appelé les pompiers ?
- Vous avez vu ces flammes ?
- Ça vient d'où je vois pas avec les arbres ?
- Les jardins ouvriers en face.
- Mais qu'est ce qui s'est passé ?
- On sait pas...
- Les pompiers sont prévenus ?
- Oui, oui ils arrivent.
- Ca va vers le parking ?
- Non, on dirait pas...
[BOUM]
- Ha la vache !
- PUTAIN !
- ...
- J'espère que y avait personne...
- J'espère qu'Orion est loin.

Colissimo

Ça sonne.
Je me réveille en sursaut pour la deuxième fois en quelques heures et me jette hors du lit - ceci est une image, il est évidemment impossible de se jetter hors du lit quand on est enceinte de plus de 8 mois.
Je cours à la porte d'entrée - ceci est une façon de parler, les baleines de canapé ne courent pas, elles... elles... Bref. Elles font comme elles peuvent.
J'ouvre la porte. Ha non. Ha tiens, Monsieur Kitten m'a enfermée en partant bosser.
Ca re-sonne.
J'explique à travers la porte. Bonjour, oui je suis là, oui je veux mon colis, juste faut que je trouve mon trousseau. Ca va prendre... dix secondes. Enfin, p'tête un peu plus, vu que mon cerveau refuse de se mettre en route, et qu'il semblerait que je sois en pilotage automatique mode très limité.
Je cherche mes clés.
Ça re-re-sonne. Trois fois d'affilée.
Je préviens un peu agacée la porte que oui, oui je sais bien, je cherche mes clés, et sonner, bin ça m'aide pas à me concentrer HEIN.
Ça re-re-re-re-sonne.
Je soupire. J'entends des pas dans l'escalier. J'ai envie de me rouler en boule et de pleurer - ceci est une tournure de phrase, le roulage en boule n'étant pas compatible avec un utérus qui remonte sous les seins (par contre pleurer, ouais, à croire que ça remplace tout le reste).
Je trouve mes clés.
J'ouvre enfin.
Le lourd paquet posé contre la porte tombe et m'écrase les deux pieds.

jeudi 27 août 2009

L'enfer

En deux temps :

1. Alors que j'avais prévu une petite virée shopping en ville POUR LA PREMIÈRE FOIS depuis un mois histoire de fêter la fin de mon isolement sur canapé, la serrure de la porte d'entrée a lâché, impossible de fermer la porte, obligée d'attendre l'intervention du serrurier. Bilan, remplacement du cylindre, de la serrure, nouvelles clés, et une douloureuse de je ne sais toujours pas combien, l'artisan ne m'ayant rien communiqué autre que "Ca va faire mal au porte monnaie", merci bien.
2. Gros problème DSLAM, pas d'internet de 10h30 à 22h.

Je vais bien, tout va bien.

samedi 29 août 2009

Y a un monstre dans mon placard...

lundi 31 août 2009

Nous n'avons pas les mêmes valeurs

- Allo ?
- Allo, ma mutuelle ? Bonjour ! Je vous appelle pour la prise en charge de ma chambre individuelle à la maternité, il faut faxer le document au...
- Madame, je vous arrête tout de suite, cela ne sera pas pris en charge.
- Oh ?
- Oui.
- Mais euh, lors de mon ravalement de façade, pourtant...
- Ha mais c'est pas pareil, là c'est juste pour un bête accouchement, la chambre individuelle est considérée comme un luxe.