dimanche 4 mai 2008

My heart skipped a beat for a word in repeat

Une grosse larme roule sur ma joue et vient s'écraser dans le pot de Häagen Dazs. Vautrée dans mon canapé, mon ordinateur en équilibre sur le ventre, le pot de glace en équilibre instable, je recherche vainement la position qui tire le moins possible, parce que vache que j'ai mal - mais je vais encore me faire déshériter, chut. Je mate un truc débile à la télé, un truc bien sentimental, bien guimauve, bien américain, qui me fait chialer comme un veau qui a perdu sa mère. C'est dans ces moments là que je réalise, à mon grand désarroi, que ma vie n'est pas un film : quand je pleure, c'est pas du photogénique, y a les larmes, la morve et le rimmel qui coagulent. Rien à voir avec mes héroïnes favorites qui restent belles même quand elles couinent. Entre deux reniflements, je m'enfourne une grosse cuillère de glace dans la bouche... Je sais bien que cette foutue émission de télé n'est qu'un prétexte aux grandes eaux et l'orgie de noix de pécan, mais j'ai pas envie de zapper, ni de m'arrêter de chouiner : le calcul est simple, plus j'évacue, plus je me fatigue. Plus je me fatigue, et plus je vais...
Enfin dormir ?

mercredi 7 mai 2008

Morveux un jour, morveux toujours

Il me demande si ça ne me dérange pas, et s'assoit en face de moi sans attendre ma réponse.
Il s'assoit en face de moi, et nos genoux s'entrechoquent.
Il sourit, "Soit tu as de grandes jambes, soit ce train est trop petit..."
Je marmonne une réponse, je suis concentrée sur mon ordinateur, je suis en train de répondre à une question strictement professionnelle très importante.
Il ne se démonte pas, et continue de me parler.
Il me tutoie d'office, porté par toute l'assurance de son physique.
Il est très mignon, et il le sait.
Il a le sourire du garçon qui plait aux femmes & aux filles.
Il est très mignon, et très jeune.
J'ai le droit à l'histoire de sa vie & la photo de son permis.
J'ai le droit à des tonnes de clichés & la photo de sa carte d'identité.
J'ai le droit à la description de toutes ses relations & la photo de sa carte de réduction.
J'ai le droit à son avis sur la gente féminine & le nom de ses copines.
Il veut mon avis, Elodie ou Sylvie ?
Il veut mon avis de femme mûre.
De femme expérimentée.
Il sourit en coin, le petit con, persuadé qu'il me plait.
Et je souris aussi, amusée de constater que la seule envie que j'ai est de...
...LUI METTRE UNE BONNE FESSÉE !

lundi 19 mai 2008

Toujours 31 ans pour encore quelques instants

Prendre des années, et ne pas changer.
Prendre des années, et se jurer...
Que la prochaine fois...
On ne m'y reprendra pas.

jeudi 22 mai 2008

Aaaaaaaaaaaaaaa !

Tout m'emmerde. Voilà, c'est dit. Je croyais quoi ? Que j'allais avoir 32 ans, et que d'un coup, pouf ma vie allait devenir magiquement glamour, palpitante et passionnante comme dans ces foutus bouquins à la con que j'avale aussi vite que du saucisson ? Bin non. Passée la journée de grâce, le jour J, où volent dans un tourbillon bien agréable les petits mots d'amour, les messages des amis et les attentions de la famille, c'est toujours la même tête de cake dans la glace le matin à qui je tire la langue pour être sûre que c'est bien moi. C'est toujours le même poulpe fatigué qui se traine jusqu'à son scooter aux aurores. C'est toujours le même poulpe désabusé qui se drogue aux difficultés diverses et variées pour se sentir exister. C'est toujours le même stress, le même mal de bide, le même malaise vaguement diffus, qui me tort le cœur de là à là (voir figure a) et les boyaux d'ici à ici (voir figure b, personnes sensibles s'abstenir). C'est toujours le même agacement devant les conséquences de mes actes. Comme la conséquence d'avoir bouffé au dessus de mon ordi devant la télé, la veille... En voulant récupérer une miette de pain sournoisement coincée, j'ai bousillée la lettre entre le g & le j. Et pour crier de désespoir, c'est pas pratique....

vendredi 23 mai 2008

You've got mail

Bon les louloutes,
Ceci est un mail important.
Dimanche, on fête vos anniversaires, la fête des mères, et la Saint Glinglin. Vous m'avez dit ce que vous vouliez comme cadeau, et soyons honnêtes : c'est naze (sisi). Des fringues ou des trucs de nana, voir les deux ? Vous vous doutez donc que si vous recevez un de ces cadeaux, ce sera pas de moi. Vous me connaissez, et bon voilà quoi, on va pas se voiler la face. Donc, le truc c'est : ou vous voulez vraiment ces cadeaux et alors ce sera genre de ma part et mais on saura qu'en fait non, ou alors vous me demandez un autre truc que je pourrais vous acheter avec plaisir, ou alors je vous fais une surprise. Svous qui voyez.
Voili voili,
Votre dévoué,
PetitFrère Kitten.

samedi 24 mai 2008

The Day After

Je termine ma première tartine de Nutella, et je me lèche les doigts un par un. Vautrée sur mon canapé, j'écoute la pluie qui tombe à torrent sur le vélux qui surplombe mon refuge de la journée. Pendant que d'autres se mettent de la vaseline sur les tétons pour aller courir des marathons, je ne suis pas allée à la gym depuis plus de 3 semaines, et mon tout nouveau cadeau d'anniversaire, la planche pour faire du sport devant sa télé, est toujours emballé. Je devrais culpabiliser, penser à mes jambes, et à ce que mon flébologue appelle mon putain de poids de santé. J'attrape la tartine suivante avec un petit soupir de plaisir, et conformément au lemme de Murphy, elle se renverse côté Nutella sur mon livre. Je m'en fous, il pleut, je suis bien au chaud, avec un super bouquin, on est samedi, et je retourne pas au boulot avant lundi.

mercredi 28 mai 2008

Bankruptcy

Je gare Titoon d'une main experte. Okay, je suis toujours aussi nulle en créneau, mais c'est l'avantage des 4L, ça se gare tout seul. Ou presque...
Mais la voiture derrière moi n'a rien, j'ai vérifié.
Bon, j'ai le temps pour mon petit Coca Light du soir, mais j'ai plus un poil de monnaie. Ha chouette, un distributeur !
Mince, un type qui me grille... Ça va être chaud, là pour le train s'il ne se dépêche pas un peu...
Ha ha ha, "nous n'avons pas eu l'accord de votre banque", bien fait !
Je souris alors que je tape mon code, en le regardant s'éloigner. Le distributeur se met à clignoter.
Hein, quoi "Vous avez dépassé le solde autorisé" ?!