lundi 1 octobre 2007

Pinguins are black and white ewoks

Et je ris encore plus fort pour oublier que je ris toute seule.

vendredi 5 octobre 2007

Yipeeee !

Nobody's perfect

- Madame ? Vous avez besoin d'aide ?
- Oh, bonjour monsieur. C'est gentil de vous arrêter...
- Ha bin, vous aviez l'air un peu perdue, là avec votre capot ouvert et votre petit manuel...
- C'est juste que je voudrais mettre du lave-glace, mais j'hésite...
- Vous vouliez le mettre où ?
- Là ?
- Perdu, ce sont les freins..
- Ha.
- Oui.
- Ici, alors ?
- Encore perdu, c'est le circuit de refroidissement...
- Oh, zut.
- Oui, hein ?
- Pffff...
- Allez, je vous donne un indice, y a un petit essuie glace dessiné sur le bouchon.
- Un petit.. Oh. D'accord. Là.
- Bravo !
- ...
- ...
- ...
- Vous voulez que je dévisse le bouchon ?
- Non, non, je vais y arriver...
- ...
- ...
- Vous êtes sûre ?
- Oui, BON D'ACCORD !
- Voilà, je verse tout ?
- *Soupir* Oui, s'il vous plait...
- Et sinon, vous faites quoi dans la vie ?
- Je... Je travaille dans l'automobile...
- Oh.
- Oui.
- ...
- ...
- Bon, en même temps, vous êtes une femme, hein ?

dimanche 7 octobre 2007

Fuck Carton

Le truc pénible avec les cartons, c'est quand tu réalises soudainement avec horreur que le dvd que tu veux absolument revoir, là maintenant tout de suite, ou pire encore, l'épluche-légume indispensable pour les courgettes du soir, mais où est-il, je l'avais mis là BORDEL ?! Ha, merde, bon, et tu cherches dans les foutus cartons en te maudissant d'avoir écrit dessus des indications aussi débiles ("Contenu : me souviens plus, j'ai trop bu") et finalement, tu te dis que selon toute probabilité loosesque l'épluche-légume est avec le dvd, le tire-bouchon ET le décapsuleur dans un carton au garde-meuble à 10 bornes des courgettes et de la bière.

jeudi 18 octobre 2007

Et en plus, j'ai des puces...

Passés l'épuisement du déménagement et l'excitation du nouveau sur un quotidien devenu aussi routinier que transparent, le choc est rude : je vis maintenant dans 20m2, dont 18m2 remplis par mes cartons - oui je ne sais pas choisir entre mes douze milles fringues - avec deux chats : la grosse noire a mis exactement 12 secondes à comprendre comment monter l'échelle de la mezzanine, du coup, la nuit c'est un ballet incessant : "scrouitch, scrouitch" font ses griffes quand elle monte l'échelle, "tougoudoum, tougoudoum" font ses petites pattes sur ma couette, "nudge, nudge" fait son museau sur ma joue, t'es réveillée, allez t'es réveillée, CROQUETTES TIME PARTY !, "tougoudoum, tougoudoum" ses petites pattes font demi-tour quand elle réalise que OUI PUTAIN JE SUIS REVEILLEE MAIS DANS TON CUL LES CROQUETTES SALE GROSSE, "scrouitch, scrouiiiiiiiiiiitch, BLAM" quand elle redescend et se casse la gueule systématiquement. Repêtez cette séquence à l'infini, vous aurez une idée de mes nuits depuis dimanche dernier.... Ha et j'oubliais, pendant ce temps, le petit blanc toujours aussi blond, reste en bas en miaulant : il ne sait pas monter, et ça le frustre énormément.
Ajoutez à tout ça le chauffe-eau bruyant, le frigo bourdonnant et les toilettes glougloutantes - oui, la porte doit rester ouverte car la litière des chats n'a trouvé de place qu'entre la baignoire et la cuvette des water-closets - et visualisez maintenant ma tête de zombie fraîchement déterré, d'ailleurs le dernier collègue qui m'a trouvé des petits yeux ne s'en est toujours pas remis. Du coup, mes déplacements professionnels avec chambre d'hôtel vierge de chats et de bruit me paraissent beaucoup plus attrayants qu'auparavant...
Question de survie.

dimanche 21 octobre 2007

Ca me gratouille

Depuis 72 heures, je suis sous cortizone afin de contrer l'invasion de bubons et de plaques rouges qui me recouvrent le corps. Le verdict médical a été sans appel : "C'est une violente allergie, madame...." Ha, damn. Mais qu'est ce qui a changé dans ma vie récemment ? Bah... Je vis dans 20m2 ?
Et de réduire le champs des possibles éléments allergènes : en milieu confiné, je suis allergique soit à mes chats, soit à mon mari.
Mmmm, j'hésite.

mercredi 24 octobre 2007

Prune for evah

Pour ceux d'entre vous qui se demandent ce que devient la très jolie Prune, elle va bien, elle est toujours aussi expatriée qu'avant - mais moins au soleil - et elle est enceinte jusqu'au menton.
Ce qui ne l'empêche pas de chercher un boulot et de passer des entretiens. Je ne résiste pas à l'envie de vous livrer immédiatement un extrait de son dernier mail :

J'ai entretien après-demain, je prépare ma présentation. Le bébé devrait pas tarder, je commence à le sentir de plus en plus bas, j'espère que je perdrais pas les eaux pendant l'entretien... Quoique, ça peut être une feinte de la mort en cas de question gênante :
- Ah, excuse me, I broke the waters...
- ....
- Thank you for this very interesting question but I have to go now...
- ...
- Sorry for your carpet.

lundi 29 octobre 2007

Apocalypse Day

J'ai oublié les clés de Titoon chez moi, et je ne m'en suis évidemment rendue compte que devant ma 4L, à Boink. Je voulais arriver de bonne heure au boulot, car les effectifs sont réduits pour cause de vacances, et Pamela, avec qui je partage mes projets, est en arrêt maladie depuis vendredi soir. Je ne l'ai toujours pas annoncé à mon patron chéri, qui vient d'appeler pour dire qu'il serait en retard, il s'est fait retirer son permis.

Ha, et sinon, la chaudière est en panne, je bosse avec des mitaines.

mercredi 31 octobre 2007

Relie les points

L'avantage, le seul, l'unique, l'Avantage avec un A majuscule disais-je, de ne toujours rien sentir du menton, presque deux ans après la deuxième intervention, c'est que je peux m'exploser devant la glace un maximum de points noirs et de boutons... même pas mal.