dimanche 8 juillet 2007

Dicton, dis donc

Qui s'endort sur son vélo, embrasse le caniveau.

vendredi 13 juillet 2007

Freaked out and small

Retour à la case hosto, jeudi.
Juste avant, Paris.
Juste après, l'Italie.
Et avec un peu de chance, la fin des ennuis...

lundi 16 juillet 2007

Chlorhydrate d'isothipendyl

Sept piqures d'insecte à la cheville droite, qui a gonflé comme une pastèque.
Sept piqures de moustique ou morsures d'araignée, qu'importe, ça démange sa maman d'ours en short.
Je reste stoïque... enfin, j'essaie.
Je me mords les lèvres.
Je gigotte.
Putain, ça démange...
Gniiiiiiiiii, si je craque, je vais le regretter...
Je suis faible, je cède.
Et comme pour tout, ça soulage et après, c'est pire.

mercredi 18 juillet 2007

Des choses & du reste

Trente & un ans que je me fréquente, on pourrait croire que je me connais.
Et ô surprise, je (re)découvre à nouveau pour la 51ème fois que non.
Je suis très très con.
Je le (re)connais...

A jeun

J'veux pas.
J'veux pas être jeudi matin.
J'veux pas y aller, j'veux pas y retourner, j'veux pas y repenser.
J'échange cinq aujourd'huis contre mon demain.

jeudi 19 juillet 2007

Business Everywhere

Après le post en direct de la salle d'opération - mais c'était pas moi l'opérée -, après le post du balcon, des toilettes, du bout de gazon en bas de chez moi, voici le post en direct de mon lit d'hôpital. Vive ma carte 3G du boulot qui me permet de bosser même quand je suis en arrêt, de faire passer le temps plus vite et de noyer mon stress en déconnant avec les copains sur IRC. Et alors que les effets du calmant commencent à remonter lentement le long des mes jambes, je me sens lâcher prise, et je me déconnecte.

vendredi 20 juillet 2007

Choc thermique

From Saki to Petit Frère :
Yaw, brother, si t'as le temps d'ici à demain matin de penser à des trucs qu'il faut pas qu'on oublie, et de les mettre dans un mail, tant mieux, sinon à dimanche !

From Petit Frère to Saki :
Un ventilo. Il a fait 45° aujourd'hui. Merci, signé Petit Frère, le liquide humain.

lundi 30 juillet 2007

Point 3D

Après 11 ans à me perdre dans les rues de ma ville, après 2 ans et demi à errer dans Boink, après 31 années à n'être pas capable de retrouver une rue, la technologie vient enfin au secours de la tigrée que je suis : COMMENT EST-CE QUE J'AI PU SURVIVRE AUSSI LONGTEMPS SANS GPS ?!!! Merci les satellites, merci mon glofiish, maintenant je sais toujours exactement où je suis.

mardi 31 juillet 2007

Des pages et des pages

De retour de vacances, choc thermique à l'aller, choc thermique au retour, voici que mon corse préféré m'accable en sus d'une saleté de patate chaude. J'ai comme le souvenir de l'impression que je l'ai déjà fait celui là de qualc, ou si ce n'était lui c'était son petit frère, mais la chaleur italienne ayant définitivement assassiné mes derniers neurones, j'ai la flemme de chercher dans mes archives. Donc, je m'exécute mais comme c'est l'été et que j'ai la flemme, ça va être succint :

Quatre livres de ma jeunesse - ok, jeunesse, je veux bien mais quel âge ? Parce que bon, y a un delta non négligeable entre pitchoune et prébubère, delta qui se situe grosso-modo entre "Max et les maximonstres" & "La bicyclette bleue". Vous voyez la nuance ? Bon, allez on va dire pitchounette :
1. Max & les maximonstres, donc. Je le connais encore aujourd'hui par coeur, et il a influencé une grande partie de mon imaginaire.
2. La belle lisse poire du prince de Motordu, ainsi que le fabuleux monstre poilu - même que j'ai rencontré son dessinateur, eh si, poil au kiki.
3. Chut, chut, Charlotte. Parce que Charlotte, c'est ma frangine, moi je suis la Grande Cathy, ET OUI CHARLOTTE QUE TU ES SOTTE !
4. Hepzibah, parce que je garderai toujours en moi un petit côté sorcière bordélique déjantée.

Quatre écrivains que je lirai encore & encore :
1. Terry Pratchett : les autres livres ne comptent pas, Terry. Je te jure, c'est pas ce que tu crois. Ils ne sont là que pour faire passer le temps entre deux de tes romans PARCE QUE TU N'ECRIS PAS ASSEZ VITE* !
2. Terry Pratchett...
3. Pratchett Terry... nan, allez je déconne... Plus sérieusement, donc :

1. Terry <3
2. Maeve Binchy - c'est frais, c'est simple, c'est moderne, c'est gai, c'est triste, c'est bien, ça se lit tout seul en anglais, et ça me plait. Que demander de plus ?
3. Douglas Adams - j'ai pleuré quand il est mort, et j'ai porté un an plus tard en mémoire une putain de serviette, même que je me suis sentie très très seule ce jour à la Fnac de chez moi.
4. Tolkien - quoi, ça vous surprend en plus ?

Quatre écrivains que je ne lirai plus :
Aucun. Je suis con et je suis blonde, j'ai une mémoire de poisson rouge : je passe mon temps à me faire avoir. Par exemple, Ravalec avec son "Effacement progressif des consignes de sécurité" ? J'ai lu parce que franchement, avec un titre pareil, ça pouvait que me plaire ! Eh ben nan. J'ai pas aimé. J'ai pas fini. J'ai trouvé ça verbeux et chiant. Ca m'a pourtant pas empêchée d'essayer de lire du Houellebecq. Vous voyez pas le rapport. Moi si.

Quatre livres sur ma pile :
Ca change tous les jours. J'ai fini Harry Potter - snif, adieu Harry. Je relis the Hitchhikers' guide to the galaxy sauf que celui là c'est tous les jours que je le relis, Can you keep a secret parce que c'est bonbon rose bêtement sucré, j'ai encore recommencé American Gods, mais rien à faire, j'accroche pas, ça fait quelque temps que j'ai pas lu de TERRRRRY et pis, j'ai acheté deux ou trois bouquins au pif hier qui ont l'air chouettes, et sinon je viens juste de recevoir le dernier X-Men.

Je refile la patate à mon expatriée. Les autres, démerdez vous.

*Pitié, Terry, ne meurs jamais, quand tu meurs, j'ai plus rien à lire.