vendredi 9 février 2007

don't care what people say I'm dreaming louder every day

Je suis en retard, un peu mais pas trop. Je vais avoir le temps de faire un crochet par mon distributeur automatique préféré, pour récupérer ma drogue de la journée, ma petite bouteille de Coca Light. Je sors de ma poche ma dernière pièce de 2 euros - ma drogue me ruine - et je la glisse dans la fente. Rien ne se passe. Le distributeur ne réagit pas. C'est là que je remarque la petite lumière qui clignote, celle qui indique la température intérieure - ma drogue est meilleure bien fraiche - elle clignote sur 50°C et je me dis que bon, c'est pas normal, et que je vais devoir me passer de Coca Light aujourd'hui, tiens encore une journée de merde qui commence. Alors que je me résigne à courir vers mon quai et mon train, je passe la main machinalement, sans réfléchir dans le petit réceptacle à monnaie.
Oh ?
Mais !
Mmmm...
Je compte les pièces.
Aujourd'hui, c'est fête.
Ca sera 4 bouteilles, rien que pour moi.

jeudi 15 février 2007

Post-it à pois

Note à moi-même : la prochaine fois que t'as la grippe, 39°C de fièvre, que tu bosses de chez toi, et que t'es en conférence téléphonique avec une dizaine de personnes, pense à couper le son de ton putain de nabaztag, parce que pour t'expliquer après qu'il se soit exprimé bruyament pendant un grand blanc, c'est plutôt comique et pas très pratique.

mercredi 28 février 2007

Mise en prod'au secours, arghahahaha...

- Pour demain, Saki, tu es confiante ?
- Euuuuh, non, patron, pour la 345667ème fois, non, pas du tout, du tout, du tout... On est pas prêts. Mais on va y aller quand même, on a pas trop le choix.
- Ha.
- Oui.
- Mais sinon, pour demain, tu es confiante ?
- ...
- ...
- Tu veux que je te mente, patron, ou quoi ?
- ...
- ...
- Et pour demain, tu es confiante ?
- Oui, oui, ça va très bien se passer.
- Ha, j'en étais sûr, je savais qu'on pouvait compter sur toi !