mardi 1 août 2006

Pulsions

Si je ne sens rien du bas du visage, comment ça se fait que j'ai le coeur qui me batte la mesure de ma douleur dans la lèvre inférieure ? Je me pose des questions cons, mais au moins, ça prouve que je suis pas morte. J'ai maintenant des ligatures assorties à mes pulls et mes tee-shirts, c'est quand même grave la classe, en noir je risque pas de les confondre avec un morceau de nourriture qui serait resté coincé exprès alors que j'avais prévu de décrocher mon plus joli sourire métallique au contrôleur. C'est pas les vacances encore mais bientôt alors je joue un peu trop au boulot, j'attends que le temps passe en lisant des histoires d'amour et de samouraï, je me sens indécise et contrariée comme la chatoune qui ne sait pas de quel côté de la porte d'entrée elle préfère être, alors du coup, elle fait les deux à tour de rôle en miaulant, c'est pas du tout chiant pour le portier-au-gros-cul de madame qui n'est pas plus avancée dans ses réflexions alcoolisées, les doigts posés sur la bouche pour vérifier que le coeur bat toujours.

mercredi 2 août 2006

Grumly Miam

mardi 8 août 2006

Claque au nez

Hier, je me suis réveillée qu'à moitié alors j'ai pas arrêté de me prendre des portes dans le nez.
La porte de la chambre.
La porte du placard de la cuisine.
La porte du frigo.
La porte de la salle de bains.
La porte de la douche.
La porte d'entrée.
La porte du hangard à vélo.
La porte de la gare.
La porte du train.
La portière - redressée à la main - de Titoon.
La porte du boulot. La porte de la salle des machines...

Et aujourd'hui, pour changer, je me prends pas des portes mais des mails dans le nez.
Bin...
Ca fait mal quand même.

samedi 12 août 2006

Radical

- Oui, allo ?
- Papa ?
- Ha, c'est toi, ma fifille. Ca va ?
- Nan.
- Ha qu'est ce qui s'passe ?
- J'ai un problème de chat...
- Oh ?
- Orion a la teigne, et ceux qui devaient le garder pendant les vacances ont rompu le contrat pour maladie contagieuse...
- Non ?
- Si... Alors si je trouve personne, je vais pas pouvoir partir en vacances avec vous...
- Ha mais, je vais le régler ton problème, moi !
- C'est vrai, tu as une solution ?
- Oui, un sac et hop, plus de chat.
- ...

lundi 14 août 2006

Je n'ai pas changé d'adresse

Je n'ai finalement pas été contaminée par mon petit teigneux d'amour de chat boulet, mais bêtement dévorée par une araignée qui m'en voulait.
J'ai trouvé quelqu'un qui a accepté de s'occuper des mes poilus malades, moyennant finance, bien sûr.
Je pars donc en vacances, en famille, pour 3 semaines.
C'est presque comme Koh Lanta - seuls les plus forts survivent - sauf qu'on va mieux manger et dormir, normalement.
Enfin...
J'espère.

dimanche 20 août 2006

Paradise & me

vendredi 25 août 2006

Corail

Je sursaute.
Absorbée par la contemplation de la vitrine, les yeux brillants de convoitise, je ne l'avais pas vu approcher. Il s'incline doucement comme pour s'excuser de m'avoir surprise et répète :
- Vous désirez voir l'un d'entre eux de plus près ?
Ses doigts caressent la vitrine où brillent l'éclat des colliers de corail rouge qui m'absorbent depuis dix bonnes minutes.
Je souris, j'ouvre la bouche pour répondre, je reconnais brutalement l'homme qui vient de me parler - avec la chemise rayé jaune et orange - le mal elevé du restaurant de midi, avec le téléphone portable vissé à l'oreille, que nous avons surnommé le Mafieux en riant de façon très peu discrète, et je réalise qu'il vient de me parler dans un français parfait.
Je rougis en me rappelant les phrases moqueuses échangées à son sujet, persuadés d'être protégés par la barrière de la langue. Il ouvre la vitrine sans attendre mon consentement, détache un collier, celui qui me plait le plus, l'ouvre et se glisse derrière moi pour l'accrocher à mon cou.
- Je sens que vous avez envie de ce collier mais que quelque chose vous retient, n'est-ce pas ?
Je balbutie, toujours rose.
- Oui, c'est exact, je n'avais pas prévu une telle dépense...
Il sourit.
- Et à 400, ça vous irait ?
J'ouvre la bouche, surprise. Ma main vole à mon cou et touche le collier. Je souris de plaisir en me regardant dans la glace. Pour la première fois de plus très longtemps, je me trouve plutôt jolie. J'ai déjà acheté ce collier et il le sait. Il referme la vitrine.
- Parfois, pour obtenir quelque chose, il suffit de le demander.