vendredi 3 juin 2005

Fallait pas m'embaucher

- Bon, Patron, je modifie la conf' de ton ordi, là hein, pour que t'aies accès au serveur interne, j'en ai pour deux minutes.
- Vazy, vazy,  je vais passer un coup de fil pendant ce temps.
- Je te sauve et je te ferme tout, va falloir le rebooter.
- Pas de soucis !
[5 minutes plus tard]
- Hmmm, Saki ?
- Oui ?
- J'arrive plus à me connecter c'est normal ?
- Euh...
- Ha si, tiens, oh c'est bizarre, j'ai perdu tous mes dossiers et tous mes mails...
- Han !
- C'est temporaire ?
- ...
- Saki ?
- ....
- Saki ?

[Bruits de fuite éffrénée et de portes qui claquent]

mardi 7 juin 2005

Luke, je suis ton père !

Une des fonctions de mon super cool tout nouveau boulot est de recruter, sélectionner et encadrer de petits stagiaires.
La partie encadrement n'est pas nouvelle pour moi, même si pendant ma thèse elle s'est souvent résumée à taper sur les dits stagiaires, leur organiser des courses de chaises à roulette dans les couloirs, et les envoyer me chercher des Twix et du Coca Light 4 étages plus bas.
La partie recrutement par contre était une nouveauté, surtout la partie responsabilité, genre si je me gauffre et j'engage des boulets, j'assume.
J'ai donc recruté toute seule comme une grande deux petits stagiaires... Je ne me suis pas trompée sur Prems, qui est enthousiaste, motivé et qui chante et danse - si, si - devant son ordi. Deuz, par contre... Il se barre toutes les deux minutes fumer une cloppe, il a l'air ailleurs, pas concerné, fatigué et impatient que la journée se termine, et je l'ai choppé sur Msn dès le premier jour de stage.
Il m'agace.
Il me rapelle grave quelqu'un.
(MOI PUTAIN !)

jeudi 9 juin 2005

Zomiiiiig

Une affreuse migraine et impossible de prendre mes médocs pour cause de rendez-vous importants.
Des heures et des heures et des heures de train, deux jours de congrès, des tas et des tas de discussions compliquées et j'ai trop mal au crâne pour réfléchir.
A nouveau du train dans l'autre sens - ha tiens, maintenant en plus j'ai très mal au ventre - retour au boulot, encore des trucs à faire.
Je tiendrais jamais...
Ca la fout mal, hein, si je vomis sur mon clavier ?

samedi 11 juin 2005

Avec de la mayonnaise

Je l'avoue, je suis parfois tête en l'air. J'ai donc bêtement oublié le chargeur de mon téléphone portable chez des amis. Bien emmerdée, car mon téléphone fonctionne quand même mieux avec une batterie pleine, mes amis me rassurent : "T'inquiètes, on te poste ça demain, et on rajoute dans le paquet le bouquin qu'on voulait te donner, tiens !"
Ils sont cools mes amis, hein ?
Dès le lendemain, mon paquet est arrivé.  Toute contente, je déballe, hmmm, le bouquin est là, mais où est passé le chargeur ? J'appelle les expéditeurs qui me confirment que si si ils ont tout mis dans le même paquet, et non non, les gros scotchs jaunes La Poste qui ferment le paquet, ce ne sont pas eux qui les ont mis.
Je vais donc demander des comptes au bureau de poste d'arrivée pendant que mes amis font pareil au bureau de poste de départ.
Et la réponse en substance est identique : c'était pas un recommandé bin, tu peux te brosser, genre y a le droit d'ouvrir les paquets et de se servir.
Moralité : ce que l'avenir nous promet, la Poste nous l'apporte.
Et mon cul, c'est du poulet.

Hardcore gameuz

- Tu veux faire quoi ce week-end ?
- Passer level 50.
- Hum, oui, oké mais euh...
- Quoi ?
- [Regard amoureux et intéressé] T'aurais pas envie d'un petit câlin aussi ?
- Ha nan, j'ai pas le temps, on verra après le level 60.
- ...
- Chéri ?
- ...
- Chéri, YOUHOU CHÉRI C'ÉTAIT UNE BLAGUE REVIENS !

vendredi 17 juin 2005

Atomique ta mère

Comment trouver les mots pour raconter ce qui n'est pas drôle ?
Comment survivre à une journée d'enfer qui t'arrive sur la tronche comme un missile sur une petite ville tranquille ?
Comment réagir alors que tout est éparpillé ?
On attend la fin de la journée pour raconter à Chéri tout ce qui tourbillonne encore dans la petite tête tigrée, hallucinée, estomaquée, ahurie, et Chéri hoche la tête, pas du tout surpris, et répond avec un petit sourire triste et blasé :
- Bienvenue dans la vraie vie...

Ouais bin, nan.
Cette vraie vie là, j'en veux pas.
Mais est-ce que j'ai le choix ?

dimanche 19 juin 2005

Tartare d'autruche

Il fait trop chaud.
Je colle à mes vêtements, je colle à mon canapé, je colle au bureau, et je colle au clavier. J'erre sur le net à la recherche de ma nouvelle lubie, une 4L d'occasion pas chère, qui me permettrait de faire la route entre mon boulot et la gare de Boink.
Les chats sont allongés sur la moquette, inertes, seuls leurs regards plein de reproches - "On a trop chaud bordel, laissez nous sortiiiir !" - nous indiquent qu'ils sont toujours vivants.
L'appartement est une étuve...
Je serais presque contente de retourner travailler à Boink, demain, tiens et de retrouver le micro-climat polaire et la pluie.
A Boink, le mot canicule n'existe pas.
Je dis presque parce quand je pense au boulot, la journée de jeudi me revient immédiatement en mémoire, j'ai l'estomac qui se noue, le coeur qui se loupe et...
Et en fait, je préfère pas y penser.

lundi 20 juin 2005

Reformée P4, j'aurai bien aimé, tiens

Le rendez-vous d'embauche à la médecine du travail, c'est super fnu. Déjà, tu commences par te pisser sur les doigts - bordel de petite fiole ridicule - ensuite tu apprends que tu es plus grosse que ce que tu pensais, moins grande que ce que tu croyais, que tu es à moitié sourde, vaguement aveugle et que tu as douze vaccins en retard à faire absolument dans le mois.
Et après, on te déclare apte, et paf...
Tu retournes travailler.

mardi 21 juin 2005

Trop belle pour toi

Inconvénient : j'ai tellement peur que mon menu soit inscrit entre mes dents que je n'ose plus sourire, alors je me retiens.
Avantage : j'ai l'air beaucoup plus mature et sérieuse. Ou constipée. Hum.

Inconvénient : je suis tellement angoissée que je me brosse les dents douze fois par jour. J'ai une brosse à dents assignée à domicile dans mon sac à main, et dès que je trouve un miroir et un lavabo, paf.
Avantage : je réduis les risques de caries. D'un autre côté, j'en ai jamais eu une seule en 29 ans.

Avantage : je passe beaucoup moins de temps devant mon armoire puis mon miroir le matin. "Hum et ce petit haut, HA MEEERDE MAIS CE QUE JE SUIS MOOOCHE !"
Inconvénient : je suis très mal fringuée. Et mal coiffée. Très. Beaucoup. Ergle.

Inconvénient : je ne peux plus utiliser ma petite moue boudeuse et coquine pour plier mes collègues masculins à mes quatre volontés - la petite moue sexy ET métallique, ça marche pas des masses (oui, j'ai testé... après m'être brossé les dents trois fois, évidemment).
Avantage : je dois me reposer uniquement sur mon intellect et ma vivacité d'esprit. Ahem.

jeudi 23 juin 2005

Boulette

Pas d'aller-retour à Boink aujourd'hui, j'ai la permission spéciale pour travailler de chez moi à cause d'un forum ce matin où je dois aller parler de la place du docteur dans l'entreprise, m'exprimer en tant qu'exemple d'intégration réussi mwhahahahaha ahem et remonter le moral de petits doctorants qui n'ont pas encore soutenu, les pauvres. Donc, c'est le matin, il fait beau, il fait chaud, j'ai dormi deux heures plus tard que d'habitude, je suis de super bonne humeur, je grimpe sur mon scooter, j'allume la musique, je roule vers le lieu du forum en chantant, tiens pourquoi on me regarde bizarrement ? Rhô mais les gens pourquoi vous me klaxonnez tous comme ça ? Vous êtes joyeux vous aussi, c'est l'été youpi ! Je souris, je salue de la main, je double et je tourne à gauche, je me sens légère et le vent joue dans mes cheveux, mmmmh, c'est agréaaa-MERDE PUTAIN MAIS J'AI OUBLIÉ DE METTRE MON CASQUE BORDEL !

mardi 28 juin 2005

MAIS ZYVA BOSSE UN PEU SALE DJEUNZ

Erreur n°1 : recruter de jeunes stagiaires fort sympathiques et plutôt mignons ma foi.
Erreur n°2 : devenir super copine youpi c'est la fête avec les susdits stagiaires.
Conséquence n°1 : commencer à baliser sévère quand l'impression se confirme... L'un des stagiaires en question glande autant qu'un poulpe en pleine rédaction de thèse.
Gros mensonge n°1 : continuer à soutenir à Patron que si, si, sérieux, promis, ils bossent tous les deux comme des tarés.
Conséquence n°2 : perdre toute crédibilité en essayant de leur foutre la maxi méga pression pour les faire travailler (pas facile de prendre un air menaçant avec une tête de clown...).

Moralité : je suis trop conne et gentille.
(QUI A DIT BLONDE ?!)

jeudi 30 juin 2005

Dis "camion"

Avant, j'étais dans les cerveaux.
Maintenant, je suis dans la voiture.
(Cherchez pas de lien ou d'explication logique, y en a pas...)
Imaginez le moment de flottement et les sourires amusés hier, quand en plein milieu d'une réunion chez un client - seul petit poulpe tigré perdu au milieu d'une tablée de mâles bruns - j'ai confondu deux modèles et j'ai bafouillé de toutes mes dents métalliques :
- Oh bin, de toute façon moi les bagnoles, hein, du moment que ça roule, le reste je m'en fous.