samedi 1 novembre 2003

Parallèle

J'ai 17 ans. Je me prépare à passer la soirée en ville. Après un court instant d'hésitation, je glisse dans mon sac un préservatif. On ne sait jamais.

J'ai 27 ans. Je me prépare à passer la soirée en ville. Après un court instant d'hésitation, je glisse dans mon sac un bouquin. On n'est jamais assez prudent.

lundi 3 novembre 2003

Nem Attitude

Ceux qui suivent savent que je suis en thèse.
(Oui, je sais, j'en parle tout le temps, faudrait être sourd pour pas le savoir).
En dernière année.
Dans les derniers mois de ma dernière année.
Donc, en théorie, c'est à fond les ballons niveau boulot et concentration, tout ça teinté d'un bon petit stress bien tendu, nappé d'une angoisse latente parce qu'on sait que OmonDieumais je vais jamais finir à temps.

Et bin, nan.
Là, je pense à des bottes à talons hauts, des places pour le concert de M et un cable pour pouvoir transférer des images sur mon amooooOOoour de téléphone portable.
Ha oui, et à des nems, aussi, évidemment.

mardi 4 novembre 2003

Denying myself

A vot' bon coeur

Au secours.
4 mois...
16 semaines...
112 jours...
STOP, hein, pas besoin des minutes et des secondes, vous avez compris.
Vous qui me lisez, si vous connaissez une méthode simple et efficace pour me motiver, merci de m'en faire part ici, c'est ultra super méga urgent. Parce que le coup de la récompense, ça a bien marché pour mon article, mais l'entrée suivante sur ma liste, juste en dessous de Samsung S300, c'est Mini Cooper...
(Hint, hint, hint).

mercredi 5 novembre 2003

Arc en ciel

Je ressens une très très forte contrariété de n'avoir pu trouver, hier soir, dans les rayons de la grande surface où je fais mes courses, des petits auto-collants transparents de couleurs vives qui permettent de marquer les pages - vous savez, ceux qu'on peut coller et décoller plein de fois sans que ça abîme le papier.
Ca va m'empêcher de travailler, c'est clair.

jeudi 6 novembre 2003

Pouet

C'est l'heure de la nuit,
Ca sent un peu la bougie,
Parfum Pomme Cannelle.
Je me sens un peu bête,
Le vague à l'âme me guette...
Quand soudain !
Putain de chat,
Qui a encore vomi sur la moquette.

La vie est belle

Il fait beau.
Je suis particulièrement joliment bien habillée, classe, noir, kinky, petite dentelle et broderie - et j'ai même pas froid.
Mes cheveux sont de bonne humeur.
Mes kilos superflus se cachent et j'ai presque oublié le saucisson entier dévoré hier soir en regardant les derniers épisodes de la saison 2 d'Alias.
En passant à la papeterie hier soir, j'ai enfin pu acheter les fameux petits auto-collants transparents de couleurs vives qui permettent de marquer les pages.
Et pour couronner le tout, comme une cerise ultime sur mon bien être, ce matin, dans ma boite au lettre, y avait un colis surprise, qui contenait une bouteille de Coca Light et un Twix King Size.
*PurrrrrrRRrrrRRRrrrrrrrRRrrRRrRRrrrRrrrrRRRrRrRRrrrrr*

vendredi 7 novembre 2003

30 cents

Ce matin, l'ostéopathe me manipule et tente de me remettre en place.
Nous discutons entre deux craquements de ce qui m'amène - ma machoire qui se démonte et les affreuses migraines qui en résultent - et il m'interroge sur le reste de mon corps pour "mieux cerner le problème".
Une de mes réponses le fait s'interrompre soudainement - je suis à ce moment précis pliée dans un sens plutôt... surprenant.
- Attendez, Mademoiselle, récapitulons, une oreille droite qui n'entend pas, une entorse à la cheville droite, une entorse au genou droit, une clavicule qui saute à droite et une machoire qui se démonte à droite. Ca veut sûrement dire quelque chose, vous ne pensez pas ?
- Euh, oui... Que je ne suis pas très adroite ?

Alors que je m'étouffe d'un fou rire solitaire à ma propre blague, le nez dans le cuir de la table de manipulation, il me retourne le gros orteil droit d'un coup sec et je sens ma mâchoire qui fait *CRAC*.

dimanche 9 novembre 2003

Soyons fantaisistes

Nantes, les Utopiales.
L'attente, au mauvais endroit et au lieu de l'écouter, quel crime, pour deux secondes d'autographe de Terry Pratchett - et Patrick Couton.
Et ensuite, au fond d'un pub, des bulles, de la bière et du cidre, Flaoua qui s'endort paisiblement, Kalou qui mitraille avec son gros objectif, les câlins du Poney, et les enguelades pour le rire et le bruit avec Psychotruc - note à moi-même : ne plus jamais jamais jamais taquiner quelqu'un qui pratique la provocation et la boxe comme sport quotidien, ça fait mal au nez.

lundi 10 novembre 2003

Jettez moi des cailloux

J'ai un rapport particulier avec la musique. Malgré mon manque total d'oreille, j'y suis très sensible. Impossible pour moi de ne pas me trémousser, de sourire, de hocher des cheveux dès qu'un morceau me touche, et, vu mes goûts - qualifiés de chiotte par certaines connaissances extremistes, quoiqu'elles n'aient pas tout à fait tort, je le reconnais - y en a pas mal, des morceaux qui me plaisent.
Mais depuis récemment, en plus de bouger mon petit corps en rythme quand j'entend un truc bien, une pensée perverse fait son apparition dans ma tête de linotte tigrée...
"P'tain, mais comment ça rendrait trOoOOop bien ça, comme sonnerie sur mon portable !"
Aidez-moi.

mercredi 12 novembre 2003

Que faites vous si vous êtes dans une cage avec deux bêtes féroces, un avocat et un fusil avec 2 cartouches ? Tirez sur l'avocat. Deux fois !

Mmmrrmmff.
A chaque fois que j'ai mon avocat au téléphone, d'intenses et violentes pulsions meurtrières me montent au nez et toutes les blagues nazes que j'ai un jour entendu sur les avocats me reviennent en mémoire...
Pourtant je déteste généraliser - nombre d'informaticiens ne sont pas d'associaux boutonneux à lunettes, par exemple - et je suis convaincue qu'il existe des avocats adorables et fort sympathiques.
Mais le mien, non.
Je dois toutefois reconnaître que si c'est un bel exemple réussi de connard misogyne, c'est aussi un excellent avocat. Impressionnant, toussa. Quand il parle, tout le monde se tait. Je comprends rien à ce qu'il raconte, mais je suis drôlement fière. Je souris à la cantonnade : "Hahaha, vous z'avez vu ? Hein ? Comment il vous rabat tous le caquet ? Bin, c'est mon MIEN !"

Tout se paye un jour.
Et surtout lui.
(Aïe).

jeudi 13 novembre 2003

Caribou du monde

Décollage demain aux très petites heures du matin - c'est bien la première fois que ça m'enchantera de me lever aussi tôt, tiens.
Passeports : checked.
Billets d'avion : checked.
Brosse à dents et petites culottes - l'indispensable : checked.
Sac de fringues : bah, presque checked... Disons que plus de la moitié de fringues ne rentre pas, mais je vais y arriver, mmrrgnnngnnnn, en tassant bien...
Température sur Montréal : entre -4° et 0°. Ouais, faut que je prévois les moufles, l'écharpe et le bonnet, moi.

Sinon, j'aimerai qu'on m'explique la différence entre un élan, un caribou et un orignal, c'est pour réviser. Je sais bien qu'il y a peu de chance que j'en croise un dans les rues de la grande ville, mais on se sait jamais, hein.

Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Départ dans moins de 6 heures.
Et l'autre qui est toujours coincé au boulot...
BORDEL MAIS JE M'EN FOUS, MAIS CHERI OU PAS, JE PARS SANS LUI !!
Merde quoi, les caribous, c'est quand même plus important.

samedi 15 novembre 2003

Air Canada, etc...

"Ici, vot' commandant d'bord qui vous parle. Merci de ne surtout pas quitter vos sièges pask'on est dans une zone de turbulences, et ça secoue pas mal."
C'est la 3ème fois qu'il le dit, et vu qu'effectivement, ça secoue pas mal depuis déjà une bonne demie heure, son accent québécois ne me fait même plus sourire. Je suis trop occupée à chercher un 4ème sac à vomi. Pourquoi ces machins sont toujours aussi petits, bordel ? Je regarde les ailes de l'avion qui passent et qui repassent de bas en haut devant les hublots, je me dis que c'est la première fois que je suis contente d'avoir une ceinture de sécurité dans un avion.

Quelques heures plus tard, aéroport de Dorval, il faut 24 dollars pour se rendre à Montréal et je n'en ai que 20. Et évidemment, les distributeurs automatiques n'en ont rien à battre de ma petite carte Visa.

Quelques heures plus tard, dans l'appartement chauffé à mort pour compenser la température extérieure, mon nez décongèle et la bloggueuse en moi découvre avec angoisse les claviers Qwerty québécois. C'est à ce moment là que le colocataire de mon hôte me sert un petit verre de Pinot noir. Il est sommelier, le colocataire. Y a des bouteilles de vin partout dans l'appart...
- "Bon, allez, v'nez, on va se faire une poutine pour se r'mettre de vos émotions."

jeudi 20 novembre 2003

Misfit

C'est le moment de la pause café du matin, dans les salons feutrés du Fairmount Queen Elisabeth. Les conférenciers sirotent leur boisson chaude et bavardent à voix basse, par respect pour les lourdes tentures, le marbre et l'épaisse moquette.
- "La communication de X était vraiment passionnante, non ?"
- "Mmmmm, oui, enfin, j'ai trouvé la méthode un peu douteuse même si les résultats sont effectivement très convaincants."
Elle se dirige vers ses collègues, traversant le salon de sa démarche dégingandée, le sourire en proue, les joues rouges.
- "Alors, Saki, qu'est ce que tu as pensé de la communication de X ?"
- "Hein ? Oh, X... Mmmm, je l'ai loupé, je lisais "Small World" de David Lodge dans les toilettes. D'ailleurs, vous les avez maté un peu, ces toilettes ?! Elles sont vraiment terribles, hein ? Fauteuils, miroirs, marbres et moulures dorées, tout le tralala, demain j'emmène mon maquillage !"

lundi 24 novembre 2003

Ontologie du vice

Six heures d'avion plus six heures de décalage horaire.
Je retrouve mon appart, mes chats, mon lit, mes ordis et mon téléphone portable.
Je retrouve mes habitudes et aussi les larmes - je rentre en plein drame familial.
Et pourtant...
Je me sens décalée. Etrangère. Tout semble identique et différent.
Légèrement différent.
Je bois mon thé accoudée au mini bar, les yeux perdus dans le carré de ciel blanc qu'on voit du velux de la cuisine. Finalement, qu'est ce qui me prouve que je suis rentrée dans la bonne réalité ?

mardi 25 novembre 2003

Ca va mal finir

Moins je bosse, plus je culpabilise. Et forcément plus je culpabilise, moins je bosse, mais vous l'aurez deviné tous seuls. J'ai demandé tout à l'heure au café si y avait le droit de déclarer forfait pour la thèse, et ils ont tous ri en disant que j'avais franchement beaucoup d'humour - alors que j'étais ultra sérieuse pour une fois, hein, genre sourcils froncés, morsure de la lèvre du bas et toussa.
Quand je pense que l'année dernière, la phrase "Eh, mais Noël, c'est dans un mois !" me donnait des sueurs froides parce que je n'avais pas commencé ma liste de cadeaux...

mercredi 26 novembre 2003

It runs in the family

- Tu regardes quoi ?, me demande mon petit frère en emergeant d'une soirée passée à jouer à GTA.
- Le concert de Dave Gahan, sur Arte, je lui répond, sans cesser de secouer mes cheveux en rythme.
- C'est qui ?
- Bin, l'ancien chanteur de Depeche Mode.
- Ha nan, l'ancien de Depeche Mode, il a un nom grec.
- Bah, nan, juré, c'est lui.
- Bon, alors, c'est le chanteur de Inxs ?
- Bin nan, il est mort.
- Bon, bin, alors c'est qui le chanteur du groupe australien qui a un nom grec ?
- Bin, chais pas. Midnight Oil ?
- Nan. Atta, j'vais voir sur le Net.
Je secoue mes cheveux en attendant la réponse. Mon petit frère revient.
- Ha ouais, bin c'est le chanteur des Red Hot Chili Peppers qui a un nom grec en fait.
- Ha mais ils sont pas séparés ?
- Bin nan.
- Et euh, ils sont pas australiens ?
- Bin nan.
- Et euh, tu les confonds avec Depeche Mode ?!
- Bah ouais, mais bon ils ont tous les deux des tatouages, hein.

Finalement, Murphy, il est plutôt sympa

J'ai pas entendu le réveil sonner. Ou alors, je l'ai entendu et je l'ai arrêté, 5 fois de rang, et je ne m'en souviens plus du tout, ce qui est aussi très plausible
Je me suis réveillée super en retard et complètement paniquée, décalée. Pendant de longues secondes, je n'ai pas su où j'étais, qui j'étais et quand j'étais.
Ensuite, mon sèche-cheveu a pris feu.
Et encore ensuite, sur le chemin vers le bus sous une pluie diluvienne, j'ai fait tomber mon Terry Pratchett dans une immense flaque d'eau.
Mais bon, ça aurait pu être pire.
Mon sèche cheveu en flamme a vraiment failli mettre le feu à mes cheveux.

jeudi 27 novembre 2003

*Soupir*

J'm'ennuie.

dimanche 30 novembre 2003

Mmm mmmh mhmm

It's a strange day
No colours or shapes
No sound in my head
I forget who I am
When I'm with you
There's no reason
There's no sense
I'm not supposed to feel
I forget who I am
I forget
Fascist baby
Utopia, utopia
My dog needs new ears
Make his eyes see forever
Make him live like me
Again and again
I'm wired to the world
That's how I know everything
I'm super brain
That's how they made me

Utopia - Goldfrapp