lundi 2 juin 2003

Kernel's Song

Sur un air connu :

Je suis une chatoune
Je suis satanique
Avec mes patounes
Pleines de piques

Refrain :
Attention
Kernel panic
Attention
Kernel panic

Les chaussettes
Je les chasse et je les tue
L'immonde moquette
Je fais mes griffes dessus

(Refrain)

La tapisserie blanche
Je m'en moque
Les rideaux qui penchent
C'est mieux en loques

(Refrain)

Le firewall
J'l'reboote du museau
Et quand je miaule
Tenez vous à carreau

(Refrain)

Mon activité préférée
Vers les 5 heures du matin
Boxer les joues et les nez
Pour un câlin

(Refrain)

Mais quand je ronronne
On me pardonne tous mes torts
Parce que je suis très mignonne
Surtout quand je dors.

mardi 3 juin 2003

Tête à l'air

Dans la série, je suis un boulet, et je ne me soigne pas... Faudra vraiment que je pense, la prochaine fois que je vais au boulot aux aurores, à prendre la clé de mon bureau. Histoire de ne pas attendre comme une cruche dans le couloir qu'un collègue arrive pour m'ouvrir.

Hystériiiiiiiiie

WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
Ma 'tite soeur a eu son concours !
Ma 'tite soeur a eu son CONCOURS !!!
WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!
(Saute partout en riant et en agitant les bras)

Boulimic Kitten

 

mercredi 4 juin 2003

Déja vu

Dans un post précédent - le 24 avril, pour être précise - j'ai été sauvée inextrémis d'une probable douloureuse confrontation par l'annulation pure et simple de la soirée Mix de mon DJ de binôme - amusant que je l'appelle comme ça alors que ça va bientôt faire 4 ans que nous ne le sommes plus, des binômes.... A croire que ça marque, bref.
Ce soir, mon ch'tit binôme remet ça.
La confrontation semble inévitable...
Et franchement, toute cette histoire commence à m'exaspérer vraiment vraiment...
Ils ne veulent plus me voir, ils ne veulent plus me parler, ils m'ont souhaité des centaines de milliers de morts atroces ?
Je veux juste entendre et regarder mon binôme mixer.
On pourrait peut être quand même se partager le bar juste pendant cette soirée là...
Je m'installerai le plus loin possible. Je ne les regarderai pas. Je ne leur parlerai pas.
Et je suis même d'accord pour mourir juste après dans d'atroces souffrances. Mais une seule fois, ça suffira ?

jeudi 5 juin 2003

Quelques grammes de sang dans l'alcool plus tard

Bon, je vous préviens tout de suite, j'écris ce post, et je suis bourrée.
Complètement bourrée.
Donc, bon, bilan de la soirée... ce fut très très dur de rentrer dans le bar. Z'êtaient juste assis à l'entrée. Mais chuis rentrée - après que lui et ma 'tite soeur aient insisté pendant 10 minutes... "Tu les emmerdes", m'a dit ma 'tite soeur, "S'ils te font une tronche de bouse, je leur fais un doigt". (Elle est comme ça, ma 'tite soeur, entière et nature).
Bref, chuis rentrée et alors que lui et ma 'tite soeur leur disaient bonjour, j'ai tracé dans le fond du bar, sans les regarder. Histoire de pas mourir tout de suite.
Pendant ce temps là, mon 'tit binôme mixait comme un Dieu.
Et pis, ensuite, ils sont partis.
Et après, j'ai beaucoup bu, ça allait mieux.
Beaucoup beaucoup bu et beaucoup beaucoup mieux.
Jusqu'à ce que j'avale mon piercing de langue en voulant faire mon intéressante et que je sois obligée de mettre celui du nombril à la place.

Edit au post précédent

Okay, j'étais fin saoûle donc j'ai une excuse. Vous aurez rectifié de vous même, c'est bien évidemment mon bijou de langue que j'ai avalé et non pas mon piercing, parce que le piercing, c'est le trou, et les trous - du moins aux dernières nouvelles - ça ne s'avale pas, ça se rebouche, et encore.
Résultat, j'ai un bijou de nombril à la langue et un bijou de langue dans les intestins, et j'ai mal en ventre, est ce que ça a rapport ou je sommatise ?
(Je passe sous silence mon mal de nombril, parce que oui, pour remplacer le bijou de nombril qui est à la langue - vous suivez pas, hein - ben j'ai remis un anneau au nombril, et je me le suis explosé - le nombril - en le mettant - l'anneau - parce que putain, c'est pas facile à mettre).
J'ai voulu aller me racheter un bijou - de langue, pas de nombril - ce matin, mais d'abord c'était fermé et ensuite y avait pas ma taille.
Du coup, je me suis payée deux canettes de Coca Light. Deux.
Parce que merde, quoi.

vendredi 6 juin 2003

Private (fat) Joke

"Je me disais là, si jamais tu demandes où est ton piercing, si on te répond DTC*, se sera pas tout à fait faux."
Ouais, c'est gras comme blague, cOute, mais punaise, comment j'en rigole encore trop.


*Pour les non initiés - si, si, y en a - DTC = Dans Ton Cul, à répondre avec ferveur et rapidité à toute question commençant par "Où.. ?" Ca vole pas très haut au niveau intellectuel, mais les 42 premières fois que tu te fais avoir, c'est très drôle.

Tri sélectif et conséquences

Avant dans mon quartier, on n'était pas écologiques. On jettait tout dans la même poubelle, sans aucune considération pour les dauphins, les arbres d'Amazonie et la couche d'ozone. Depuis une semaine, on a reçu de nouvelles belles poubelles - alitération en "elles" - et on trie. A chaque fois que je mets le bon déchet dans la bonne poubelle, je sauve un dauphin ou un arbre, ça me rend euphorique.
Seulement voilà, avec la mise en place du Tri Séléctif comme ils disent à la mairie, le circuit des Eboueurs - avec une majuscule siouplé - a été complètement réorganisé. Au lieu de passer le mardi et le vendredi à midi et demi, ils passent le mardi, vendredi et samedi à 6 HEURES DU MATIN, m'arrachant au sommeil avec le brutal son des poubelles malmenées.
Alors, sauver des dauphins et des arbres, d'accord, mais lâchement priver la pauvre Kernel du délicieux plaisir de me boxer le visage pour me réveiller à 6h18 très précises, non.

samedi 7 juin 2003

Les Experts

Elle : "Han, mais euh, y a *quelqu'un* qui a pissé dans l'herbe à chat ?!"
Lui : "Eh oh, me regarde pas comme ça, c'est pas moi."
Eux (ensemble) : "Kerneeeeeeel !!!"

dimanche 8 juin 2003

Vecanoï

Si vous avez envie de passer comme moi cet après midi une heure et demie dans un monde de nuages, de sève, d'arbre et de vers qui parlent, allez voir Kaena - La prophétie. Loin des productions Disney et Pixar, ce film d'animation a un petit côté délicieux et original qui nous fait volontiers fermer les yeux sur les quelques problèmes techniques liés aux moyens limités de l'équipe.

mardi 10 juin 2003

Encéphalogramme plat

Ce matin, je suis tellement fatiguée que je marche sur mes cernes.
Je suis fatiguée parce qu'aujourd'hui on est mardi - pour ceux qui ne suivent pas le mardi c'est une matinée avec Eboueurs - parce qu'hier soir j'ai regardé le film "Red Dragon" avec Hannibal le Cannibal jusqu'à une heure avancée de la nuit, et comme je suis une petite chose facilement impressionnable, j'ai eu peur, j'ai fait des cauchemars toussa, et parce que Kernel a eu une méchante envie de jouer avec mon oreille droite - je dormais sur la gauche en prévision du passage des Eboueurs - genre deux heures après que j'ai réussi à m'endormir malgré la conviction profonde que la Fée des Dents était cachée sous mon lit - faut avoir vu le film pour comprendre.
J'arrive au boulot la gueule de travers et les yeux coagulés. Et je trouve ça dans ma boite aux lettres. "I will be extending an invitation to Mlle Satanic Kitten shortly to visit us and work for a few weeks" de la main même du fameux industriel américain que j'ai rencontré avec angoisse et appréhension en Janvier (cf post du 13 du même mois).
Et bin, chuis vraiment crevée parce que ça m'a rien fait.
Rien.
Que dalle.
(Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii).

mercredi 11 juin 2003

SuperCopter

Je m'en allais gaiment ce matin sur ma monture métallique et sous le ciel bleu, pédalant avec entrain et détermination, tout en braillant à tue tête en même temps que Chester Bennington les paroles de "Point of Authority" - conseil : ne *jamais* essayer de danser *sur* un vélo - quand tout à coup, je me suis dit, tiens mais je n'avais jamais remarqué ce bruit d'hélicoptère dans le morceau, et là, pouf, je réalise que ce n'est pas le morceau mais un vrai hélicoptère tout bleu qui se pose en urgence dans le champ d'à côté, à quelques mêtres à peine de moi, avant de m'être passée juste au dessus.
Punaise, c'est impressionnant quoi quand même, ça fait un boucan terrible et ça dégage un sacré vent.
Tout ça pour dire qu'en partant de chez moi ce matin, j'étais bien coiffée.

Au s'cours

On est mi-juin.
Je soutiens début mars.
Je commence à rédiger en septembre.
Je dois rendre mon manuscrit définitif en janvier.
Il faut que j'ai écrit et soumis un article journal premier auteur pour la fin août.
Et je n'ai absolument AUCUNE, et je dis bien AUCUNE, motivation.
Même en me forçant, j'arrive pas à bosser.
Au s'cours.
J'veux un nouveau calendrier.


[Edit : Bon, voici au moins une raison de survivre jusqu'à la fin du mois de Juillet.]

jeudi 12 juin 2003

Demain, j'arrête*


*Enfin, je veux dire, demain, quand j'ai battu le record, quoi.

vendredi 13 juin 2003

La fin est proche

Hier après-midi au boulot, avait lieu une de ces réunions que j'appréhende et que je déteste, où tout le monde s'assoit autour de la table et chacun détaille les récentes avancées dans sa recherche et fixe les prochains buts à atteindre. Quand c'est mon tour généralement, je n'ai rien mais rien à dire, et hier, sur mon bloc-note, j'avais griffonné
Récente avancée : ai dépassé les 400 à Crack-Attack,
But à atteindre : Exploser le record.

mais ça je ne pouvais pas trop le dire.
Et puis, on a commencé à tous se bidonner comme des baleines parce qu'on s'est rendu compte que tout le monde disait, je ferai ci ou ça pour la première semaine de Juillet. Refonte du site Web ? Première semaine de Juillet. Transfert des adresses IP ? Première semaine de Juillet. Bilan des stages avec les stagiaires ? Première semaine de Juillet. Premier version de tel article ? Première semaine de Juillet. Etc, etc. On en a alors déduit - parce qu'on est des chercheurs, mince, et que c'est notre boulot - que la fin du monde avait lieu le premier jour de la première semaine de Juillet. Et après, c'est complètement parti en vrille parce que tout le monde a voulu déplacer ses vacances pour la dernière semaine de Juin.

Let's get happy

It's a perfect day for letting go
For setting fire to bridges, boats
And other dreary worlds you know
Let's get happy!
It's a perfect day for making out
To wake up with a smile without a doubt
To burst grin giggle bliss skip jump and sing and shout let's get happy!

But it's much to late you say
For doing this now
We should have done it then
Well it just goes to show
How wrong you can be
And how you really should know
That it's never too late
To get up and go

It's a perfect day for kiss and swell
For rip-zipping button-popping kiss and well...
There's loads of other stuff can make you yell
Let's get happy!
It's a perfect day for doing the unstuck
For dancing like you can't hear the beat
And you don't give a further thought
To things like feet
Let's get happy!

But it's much too late you say
For doing this now
We should have done it then
Well it just goes to show
How wrong you can be
And how you really should know
That it's never to late
To get up and go

Kick out the gloom
Kick out the blues
Tear out the pages with all the bad news
Pull down the mirrors and pull down the walls
Tear up the stairs and tear up the floors
Oh just burn down the house!
Burn down the street!

Turn everything red and the beat is complete
With the sound of your world
Going up in fire
It's a perfect day to throw back your head
And kiss it all goodbye

It's a perfect day for getting old
Forgetting all your worries life
And everything that makes you cry
Let's get happy!
It's a perfect day for dreams come true
For thinking big
And doing anything you want to do
Let's get happy!

But it's much to late you say
For doing this now
We should have done it then
Well it just goes to show
How wrong you can be
And how you really should know
That it's never too late
To get up and go

Kick out the gloom
Kick out the blues
Tear out the pages with all the bad news
Pull down the mirrors and pull down the walls
Tear up the stairs and tear up the floors
Oh just burn down the house!
Burn down the street!
Turn everything red and the dream is complete
With the sound of your world
Going up in fire
It's a perfect day to throw back your head
And kiss it all goodbye

The Cure - Doing The Unstuck

lundi 16 juin 2003

Week-end...

... où l'héroïne découvre que le bonheur, c'est fait de petits riens, de soleil sur la joue, de lecture sur la terrasse, de soleil dans le cou, de parties endiablées de Crack-Attack dans le noir parce qu'il fait trop chaud, avec le ventilo à fond, de siestes à l'ombre de la rivière et des arbres, de grands pots de Glace - Haagen Daazs Vanille Pécan uniquement - de gâteau au chocolat, de soleil sur les genoux, de musique, encore de la musique, de la musique sourire, de la musique frisson, de leçons de grimpage d'arbres où on réalise que l'élève devient vite plus douée que le maître, elle a des griffes et quatre pattes, *elle*.
Des petits riens, qui font sourire les yeux et qui font gonfler le coeur, le réparent de ses bosses, pansent ses blessures, colmatent ses fissures...
Des petits riens, qui donnent envie de prendre tous ces instants en photos, de les figer pour toujours, de les plier et de les ranger dans une boîte pour les jours où il fera moins sourire.
Des petits riens, rien que du bonheur.

Citronelle et compagnie

Déjà que j'ai une peau à moustique, bon. Je ne me plains pas trop, c'est comme ça, les moustiques m'aiment, comment lutter, les pauvres, je suis si douce, si sucrée et pleine de bon goût - hahaha.
Mais quand il s'agit de moustiques sadiques, non.
Celles de cette nuit - oui, car il s'agit en fait de moustiquettes, si je me souviens vaguement de mes cours de Bio du lycée - ont repoussé leurs limites dans le choix de l'endroit où me piquer. Une piqure sur le gros orteil du pied gauche, juste *pile* sous la lanière de ma sandale, ça me démange à *mort*.
Mais en plus, une piqure exactement entre le petit doigt et l'annulaire de la main gauche, ça frotte dès que je bouge et je ne peux pas fermer la main...
Alors, si même les moustiques s'y mettent, comment je bosse moi ?

mardi 17 juin 2003

Satanic Kernel - Trade@Marc

Human flipper

Circuler à vélo dans le centre-ville, c'est encore plus hasardeux que la roulette russe.
Aujourd'hui, j'ai gagné.
Demain, je remise tous mes gains.

mercredi 18 juin 2003

J'aime l'été

Sur mon chemin vers le boulot, je dépasse un banc d'adorables aspirants pompiers de qualité supérieure, tout moulés dans leurs shorts ultra court en lycra noir. Ils couraient sur la piste cyclable, suivis par deux voitures de pompiers toutes rouges - avec une grande échelle ! - avec les feux de détresse et qui roulaient aux pas. Peut être au cas où ils n'avaient plus envie de courir, qui sait ?
Je les ai waouhwaouhé - malgré tous mes efforts, je ne sais toujours pas siffler - comme il se doit quand on croise des belles filles et/ou des beaux gars, et je me suis sauvée à toutes pédales parce punaise, ils courent vite les aspirants pompiers.
Même que j'ai falli me bouffer une des grandes échelles.

Mortel

Je suis 42 % pure.
Trop cool.

[Edit : ha tiens, à celui-ci, j'ai 45.4 %. Moins drôle. Bon, si j'allais bosser moi.]

jeudi 19 juin 2003

Insert Coins to Play Again

J'ai frôlé le Game Over au Human Flipper. Mais aussi quand on rentre en vélo de nuit, sans lumière et avec le volume à fond, faut pas s'étonner ensuite si on se mange le gadin du siècle. Vu la hauteur, la longeur et le style de mon vol plané, je suis assez surprise de n'avoir que la jambe droite complètement en vrac.
M'en fous d'abord.
Même pas mal.
Même pas peur.

vendredi 20 juin 2003

Coulez mes larmes, dit le policier.

Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand,
For the world's more full of weeping
than you can understand

W.B. Yeats - The Stolen Child

On achève bien les chevaux

La journée d'hier - forum pour les doctorants organisé par mon asso - m'a vidée, crevée, démolie, à un point démentiel.
Rester debout toute la journée - avec une jambe en vrac qui plus est - courrir partout, dans une putain de tenue *professionnelle et classe* super pas pratique pour courrir partout, organiser, réfléchir vite et bien en cas de pépin de dernière minute, sourire, discuter avec les VIPs, être intelligente, intéressante et subtile - ces personnes pourront un jour devenir de potentiels employeurs, je construis mon réseau, comme disait mon pseudo prof de management - passer la journée avec le téléphone portable vissé à l'oreille, etc, etc.
J'avais même pas envie de me lever ce matin.
J'avais même pas envie de me réveiller ce matin.
J'avais même pas envie d'exister ce matin.
Et puis j'ai réalisé. J'avais une réunion méga méga méga importante à 9 heures.
Je l'ai zappée. Complètement.
'Spas professionnel.

samedi 21 juin 2003

Programme de la journée

 

lundi 23 juin 2003

From Me To You

For he is so funny and sweet,
Always there when I need him,
Take care and please, don't forget,
Keep on smiling, Lov', be happy,
That's what suit you the best.

Happy Birthday, Fab.

Pendant ce temps à Vera Cruz

Si je ne me coupe pas les ongles régulièrement, je suis de mauvaise humeur.
Si je n'ai pas ma petite bière du soir - voire mes petites bières du soir - je suis de mauvaise humeur.
Si j'arrive pas à bosser de la journée, je suis de mauvaise humeur.
Si les choses ne sont pas rangées à leur place, je suis de mauvaise humeur.
Si la vaisselle n'est pas faite, je suis de mauvaise humeur.
Si je bosse toute la journée, je suis de mauvaise humeur.
Si y a plus de Coca Light au frigo, je suis de mauvaise humeur.

Et si, en plus de tout ça, on rajoute le fait que je suis régulièrement de mauvaise humeur sans raison valable - ouais, les raisons ci-dessus sont *valables* à mes yeux - la conclusion s'impose, logique et brutale : je ne suis qu'une vieille conne maniaque et psychotique.
(A tendance alcoolique, ne pas oublier, pour la rime et parce que c'est vrai).

mardi 24 juin 2003

37°2 le matin pendant 9 semaines et demie

En ce moment, il fait hypra chaud.
Et mon seul et unique moyen de locomotion, c'est le vélo.
Et dans ma ville, ça monte souvent et parfois ça descend.
Du coup, j'ai des perles de sueur qui me coulent lentement de partout sur tout mon petit corps, et ça me chatouille.
Et quand ces gouttes roulent sur mon visage, je les lèche, juste pour vérifier si je ne suis pas encore en train de pleurer.
Mais elles ont presque le même goût que mes larmes.

mercredi 25 juin 2003

It's Money That I Want

Aujourd'hui Grande Braderie.
Je me suis courageusement levée aux aurores parce que c'est bien connu, les bonnes affaires appartiennent à celles qui se lèvent tôt.
Bilan de cette braderie :
- Y a que les tailles crevettes qui ont le droit d'acheter leurs fringues pas cher,
- Je dois pas avoir le cul au bon endroit,
- Quand y a plus de 30 personnes aglutinées dans la même rue, ça vire à la baston et au carnage,
- Je dois pas avoir la taille au bon endroit,
- Les seules fringues qui me plaisent et qui me vont ne sont ni soldées, ni bradées, et coûtent la peau du cul,
- Je dois pas avoir la poitrine au bon endroit.

J'en ai marre.
P'tête que si je ferme les yeux très très fort en chantant "Pretty Woman" je vais me téléporter dans Rodeo Drive avec la carte Gold d'Edward Lewis dans ma poche.
(Soupir).

La contamination est en marche (ou presque)

<SatanicKitten> apt-get install crack-attack :)
<Kwisatz-> ok
<Kwisatz-> bash: apt-get: command not found
<Kwisatz-> MERCI MANDRAKE
<Kwisatz-> urpmi crack-attack
<Kwisatz-> pas de paquetage nommé crack-attack
<Kwisatz-> PUREE :/


Warning : SURTOUT n'installez pas ce jeu. Sont déjà contaminés par ma faute Fg, DJ_TBX, Bishop, FoxMulder, et beaucoup d'autres vont suivre.

jeudi 26 juin 2003

Mea Culpa

J'ai abusé de la boisson hier soir, alors forcément ce matin, c'était dur. Très dur.
Levée à la bourre, la gueule en vrac, le cerveau aux abonnés absents.
J'arrive au boulot et je me mets à chercher mon téléphone portable que je n'avais pas vu depuis la veille et que je pensais donc par voie de conséquence logique avoir oublié quelque part entre mes publis à lire en retard et mes publis à lire très en retard.
Mais que dalle, pas de portable.
Je continue à chercher un peu hystérique, quand, attirés par mes cris, mes stagiaires me suggèrent de m'appeler.
Han, mais 'spas bête ça.
On me passe un portable et je m'appelle.
Ca sonne deux fois et ça décroche. Une voix de jeune fille me dit :
- "Allo ?"
- "C'est qui ?" je demande, hargneuse.
- "Pardon ?"
- "Ouais, c'est qui, putain !?"
- "Excusez moi ?"
- "Ecoute, salope, c'est mon portable que tu as, là, alors tu vas..."
- "Excusez moi, mais vous faites erreur je pense, quel est votre numéro ?"
- "Dis donc pétasse, tu crois que je connais pas mon numéro ? Mon numéro, c'est le...."

Et là, évidemment, en énonçant les chiffres, je me rend compte que je me suis plantée dans le dernier.

- "Ah ouais, t'as raison, merde, euh, ben, désolée..."
- "Mais tout le plaisir est pour moi."

C'est officiel. L'abus d'alcool nuit gravement à ma douceur et à ma gentillesse pourtant légendaires.

vendredi 27 juin 2003

Les alligators se lèvent

Je n'ai que 42 choses à dire :
1) Les soirées entre filles, c'est super cool, ça fait trop du bien, ça m'avait carrément manqué,
2) L'alcool ne nuit pas gravement à la santé, puisqu'il embellit mes soirées mais faudrait quand même que j'arrête de boire tous les soirs - ça sent bien la promesse d'ivrogne, là,
3) Vu l'état de la tapisserie, j'envisage de me faire des moufles en poil de Kernel,
4) Happy Birthday, Mr. K. (Prems).

Ha tiens, non, en fait, ça fait que 4 choses.
Mais je sais pas compter quand je suis bourrée.

My Brain Is Dead

Q : Qu'est ce qui est pire que d'assister à une conférence sur les relations entre la naevomatose basocellulaire et les médulloblastomes desmoplasmiques chez l'enfant ?
R : Assiter à une conférence sur les relations entre la naevomatose basocellulaire et les médulloblastomes desmoplasmiques chez l'enfant avec une geule de bois de niveau 12, les cheveux qui poussent à l'intérieur du crâne, une haleine de gnou et les yeux rouges injectés de sang.
Q : Qu'est ce qui est pire que d'assister à une conférence sur les relations entre la naevomatose basocellulaire et les médulloblastomes desmoplasmiques chez l'enfant avec une geule de bois de niveau 12, les cheveux qui poussent à l'intérieur du crâne, une haleine de gnou et les yeux rouges injectés de sang ?
R: Assiter à une conférence sur les relations entre la naevomatose basocellulaire et les médulloblastomes desmoplasmiques chez l'enfant avec une geule de bois de niveau 12, les cheveux qui poussent à l'intérieur du crâne, une haleine de gnou et les yeux rouges injectés de sang et trouver la conférence tellement intéressante qu'on ne s'y endort même pas - alors qu'on s'était mis bien au fond de l'amphi en prévision.

samedi 28 juin 2003

Constat

Si je ne bois pas, je ne dors pas.
Au secours.

Ti Samedi Punch & Tequilà

 

dimanche 29 juin 2003

En attendant l'Orage...

J'ai plus rien à lire.
J'ai pas envie de bosser.
'Fait bien trop chaud.
Rien d'autre à faire que râler et grogner.
J'm'ennuie.